Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Henry Purcell

lundi 29 mai 2017


Classiquenews.com - Articles

26 mai

Compte-rendu, opéra. Versailles, Opéra royal, le 21 mai 2017. MA Charpentier: Médée, Colin Ainsworth (Jason), Peggy Kriha Dye (Médée), Tafelmusik Baroque Orchestra, Fallis / Pynkoski

Classiquenews.com - Articles Compte-rendu, opéra. Versailles, Opéra royal, le 21 mai 2017. MA Charpentier: Médée, Colin Ainsworth (Jason), Peggy Kriha Dye (Médée), Tafelmusik Baroque Orchestra, Fallis / Pynkoski. On se souvient du duo Minkowski-Pynkoski dans Didon et Énée de Purcell il y a quelques années, et plus récemment des productions d’opéras français, avec le Tafelmusik de Toronto et une équipe de chanteurs sensiblement identique ici même à Versailles (Armide, Persée). Cette nouvelle production du chef-d’œuvre de Charpentier, hélas amputée de son prologue, intrigue par son approche hétéroclite : pas d’éclairages à la bougie à la Benjamin Lazar, mais l’usage ingénieux du stroboscope ; superbes costumes de Michael Gouffe, mais qui lorgnent parfois du côté pirates des caraïbes, c’est Dumas revisité par Disney ; les toiles peintes pourraient rappeler la pratique du Grand Siècle (et la scène des Enfers est un bel hommage à Piranèse), mais certains tableaux aux perspectives déformées (le palais antique des actes II et V) nous ramènent au temps contemporain des formes revisitées ; la gestuelle est dans l’ensemble bien timide et se limite à quelques gestes finalement convenus, quand ils ne sont pas contrebalancés par des attitudes un brin excessives (les cris d’orfraie de Médée) qui entachent la justesse vocale. Médée hétéroclite Pourtant la magie opère et le spectacle est visuellement une grande réussite (l’apparition soudaine du rideau de flammes qui disparaît tout aussitôt pour révéler la robe empoisonnée, l’acte des jardins et son esthétique très « Fragonard »). Les chorégraphies de Jeannette Lajeunesse Zingg sont d’une redoutable précision, même si les pas de danse font moins penser au Grand Siècle qu’au Grand ballet de l’opéra de Paris du XIXe et qu’on peut regretter la vision bien sage qu’offrent les danseurs lors de l’invocation infernale de la magicienne. Du côté de la distribution, la déception est au rendez-vous. Dans le rôle-titre, Peggy Kriha Dye use d’un vibrato peu idoine et sa ligne vocale n’a pas la puissance et la noblesse qu’exige un tel personnage, mais on peut lui reconnaître une réelle présence scénique, un peu trop expressionniste toutefois, et un bel effort dans la prononciation malgré quelques dérapages. Colin Ainsworth impressionne par son ampleur vocale, mais celle-ci est gâtée par des problèmes de justesse, musicales et textuelles (« dissimuli » pour « dissimulé », « L’ongage » pour « L’engage », etc.), et surtout pèche par son manque de noblesse. Mireille Asselin, une des rares francophones de la distribution, est une Créüse élégante à la voix bien posée et à la diction impeccable, même si la projection est plus limitée. Si Jesse Blumberg est un Oronte solide, barytonnant à souhait, l’Arcas d’Olivier Laquerre possède également un beau timbre mais son vibrato est aussi excessif qu’incongru. Nous ont convaincu la Nérine de Meghan Lindsay et surtout le Créon impressionnant de Stephen Hegedus, la plus belle voix de la soirée, d’une noirceur et d’une élocution exceptionnelles. La réussite du spectacle, toutefois, repose davantage encore sur les musiciens de Tafelmusik, pendant des décennies dirigées par Jeanne Lamon, aujourd’hui par David Fallis : précision et élégance des archets, équilibre rare des pupitres qui n’exclut pas les contrastes. La grâce était de leur côté et du côté des voix magnifiques du Chœur Marguerite Louise, excellemment préparés par Gaëtan Jarry. Si elles étaient reléguées hors de la scène, chacune de leurs interventions étaient marquées du coin de l’efficacité dramatique, en phase avec l’origine tragique de l’opéra français voulu par le Florentin Lully. _________________________ Compte-rendu opéra. Versailles, Opéra royal, Marc-Antoine Charpentier, Médée, 21 mai 2017. Colin Ainsworth (Jason), Mireille Asselin (Créüse), Jesse Blumberg (Oronte), Peggy Kriha Dye (Médée), Christopher Enns (La Jalousie/Un Corinthien), Stephen Hegedus (Créon), Olivier Laquerre (Arcas/La Vengeance/Un Agien), Meghan Lindsay (Nérine/Un Captif), Kevin Skelton (Un Corinthien/Un Captif), Karine White (Cléone/Un Captif) Chœur Marguerite Louise (direction Gaétan Jarry), Tafelmusik Baroque Orchestra, David Fallis (direction), Marshall Pynkoski (mise en scène), Jeannette Lajeunesse Zingg (chorégraphie), Gerard Gauci (décors), Michael Legouffe (costumes), Michelle Ramsay (lumières).

Resmusica.com

19 mai

Musique vocale anglaise par les Cris de Paris et le Poème Harmonique

Jeremiah Clarke (1674-1707) : Ode on the Death of Henry Purcell ; Henry Purcell (1659-1695) : Funeral Sentences for the Death of Queen Mary II, ode « Welcome to all the pleasures » Z 339. Katherine Watson, soprano ; Nicholas Tamagna, alto ; Jeffrey Thompson, tenor ; Geoffroy Buffière, basse. Les Cris de Paris (chef de chœur : Geoffroy Jourdain). Le Poème Harmonique, direction : Vincent Dumestre. 1 CD Alpha. Enregistré en novembre 2016. Notice trilingue (français, anglais et allemand). Durée : 55’44.




Les blogs Qobuz

5 mai

ut pictura musica… Continuo…VII.V.XVII

* CONTINUO * * ÉMISSION DU DIMANCHE 7 mai 2017 CKRL MF, 89,1 Québec * Internet 9 H – 12 H Québec et est de l’Amérique du Nord 15 H – 18 H Europe occidentale * écoute en direct différé [podcasts] cf bas de la même page www * Atma, ACD2 2372, 2008 Les indicatifs de l’émission, de la demie, et de l’heure, sont tirés de ce CD *** 1ère partie 9h-10h (Québec et Amérique du Nord est) 12h-15h (Côte ouest) 15h-16h (Europe occidentale) * * * * DHM, … 27092… http://www.qobuz.com/fr-fr/album/la-poesia-cromatica-huelgas-ensemble/0888880913500 * * * * https://www.outhere-music.com/fr/albums/il-barbarino-musica-per-liuto-e-viola-de-mano-nel-cinquecento-napoletano-ad-105/pistes * * * * Pause ~ 9h30 (15h30) * * * * Ricercar, 377, 2017 https://www.outhere-music.com/fr/albums/organ-works-ric-372 http://www.qobuz.com/ch-fr/album/monteverdi-rossi-balli-sonate-clematis-zachary-wilder/5400439003774 * * * * Alpha, 540, 2017 https://www.outhere-music.com/en/albums/passaggio-eine-barocke-alpenu-berquerung-alpha-540 http://www.qobuz.com/ch-fr/album/passaggio-eine-barocke-alpenuberquerung-georg-kallweit-bjorn-colell/3760014195402 * * * * 2ème partie 10h-11h (Québec et Amérique du Nord est) 16h-17h (Europe occidentale) * * * * Ricercar, 377, 2017 https://www.outhere-music.com/fr/albums/organ-works-ric-372 http://www.qobuz.com/ch-fr/album/monteverdi-rossi-balli-sonate-clematis-zachary-wilder/5400439003774 * * * * Ricercar, RIC 376, 2016 https://www.outhere-music.com/fr/albums/ein-feste-burg-ist-unser-gott-luther-and-the-music-of-the-reformation-ric-376 * * * * Ricercar / Outhere, RIC 372, 2017 https://www.outhere-music.com/fr/albums/ein-feste-burg-ist-unser-gott-luther-and-the-music-of-the-reformation-ric-376 http://www.qobuz.com/fr-fr/album/frescobaldi-organ-works-bernard-foccroulle/5400439003729 * * * * * Pause ~ 10h30 (16h30) * * * * Archiv, 435 490-2, 1992 http://www.qobuz.com/fr-fr/album/purcell-king-arthur-the-english-concert/0002894354902 * * * * * 3ème partie 11h-12h (Québec et Amérique du Nord est) 17h-18h (Europe occidentale) * * * * Pellingmans’ Saraband, PS001 http://www.qobuz.com/it-it/album/division-musick-english-duos-for-viol-and-lute-pellingmans-saraband/5056052773060 * * * * L’Encelade, ECL 1501, 2016 http://www.qobuz.com/fr-fr/album/giovanni-bassano-ricercare-per-strumenti-insieme-la-guilde-des-mercenaires-adrien-mabire/3760061194083 * * * * Pause ~ 11h30 (17h30) * * * * Atma, ACD2 2749, 2017 http://www.qobuz.com/fr-fr/album/sea-songs-shanties-sean-dagher/0722056274920 * * * * DHM / Sony, 87654 49782, 2013 http://www.qobuz.com/fr-fr/album/la-follia-the-triumph-of-folly-oni-wytars/0886443798328 * * * * Indicatif de fin d’émission Atma, ACD2 2658, 2011 *** * * * . . * Contact continuo.ckrl@gmail.com continuo.ckrl@videotron.qc.ca ***** . Cotinuo recommande fortement http://wunderkammern.fr/author/admin/ par Jean-Christophe Puceck . *** Evaristo Baschenis Les instruments de musique ne sont qu’un outil servant à rendre la musique vivante grâce au travail de l’interprète (…) La technique et la culture de l’interprète comptent donc autant que l’instrument dans le façonnage du son (…) affirmer une personnalité de la sonorité par le retour aux calibres et caractéristiques des instruments anciens… http://www.orchestredeschampselysees.com/fr/pages/instruments.html *****



Resmusica.com

3 mai

Josef Vlach, héritier chambriste de Václav Talich

Josef Vlach – Enregistrements Légendaires. Antonín Dvořák (1841-1904) : Sérénade pour cordes en mi majeur, op. 22 ; Suite Tchèque en ré majeur, op. 39. Josef Suk (1874-1935) : Sérénade pour cordes en mi bémol majeur, op. 6. Piotr Ilyitch Tchaïkovski (1840-1893) : Sérénade pour cordes en ut majeur, op. 48 ; Andante cantabile du Quatuor à cordes n°1 en ré majeur, op. 11. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Sérénade n°13 en sol majeur, K. 525 « Eine kleine Nachtmusik » ; Divertimento en ré majeur, K. 136 ; Adagio et Fugue en ut mineur, K. 546. Benjamin Britten (1913-1976) : Variations sur un thème de Frank Bridge, op. 10. Claude Debussy (1862-1918) : Danses sacrée et profane pour harpe et orchestre à cordes. Ilja Hurník (1922-2013) : Concerto pour hautbois, piano et orchestre à cordes. Jiří Pauer (1919-2007) : Symphonie pour cordes. Henry Purcell (1659-1695) : Suite pour cordes, extraite de « King Arthur ». Ottorino Respighi (1879-1936) : Gli uccelli (Les Oiseaux), suite pour petit orchestre. Igor Stravinsky (1882-1971) : Apollon musagète, ballet. Stanislav Duchoň, hautbois. Karel Patras, harpe. Ilja Hurník, piano. Orchestre de Chambre de Prague, Orchestre de Chambre Tchèque, direction : Josef Vlach. 1 coffret 4 CD Supraphon « Archiv » SU4203-2. Code barre : 099925420321. Enregistré entre le 23 février 1960 et le 28 novembre 1981 aux Studio Supraphon de Dejvice ; Rudolfinum ; Studio Domovina ; Radio Tchèque, Prague. ADD. Notices quadringues (anglais, allemand, français, tchèque) excellentes. Durée : 5 h.

Classiquenews.com - Articles

18 avril

CD, compte rendu critique. SON of ENGLAND. PURCELL, CLARKE. Le Poème Harmonique. Vincent Dumestre, direction (1 cd Alpha)

CD, compte rendu critique. SON of ENGLAND. PURCELL, CLARKE. Le Poème Harmonique. Vincent Dumestre, direction (1 cd Alpha). Le retour de la monarchie à Londres, après l’épisode républicain d’Oliver Cromwell (décédé en 1658), resplendissant avec l’avènement de Charles II couronné le 23 avril 1661, correspond aussi à l’essor du génie musical et lyrique, Henry Purcell, né en 1659 et qui offre aux souverains anglais, plusieurs oeuvres d’une absolue poésie. Aussi le 21 novembre 1695, pour sa mort, nombre d’hommages lui sont dédiés (aux frais de la Couronne) … dont ce masque -ode, inspiré de l’esprit pastoral de l’Orfeo monteverdien, « Come, come along » (Viens, viens) de Jeremiah Clarke (lui aussi décédé précocement en 1707), véritable drame lyrique où les bergers se lamentent, frappés par l’annonce de la mort du plus valeureux d’entre eux : Stréphon-Purcell. Le style flamboyant, la pompe et aussi l’activité palpitante des instruments à la fête (hautbois, bassons, continuo très souple et articulé) citent évidemment la royauté reconnaissante, y compris le style parfois ampoulé des solistes, plus chantres-vedette de la Chapelle royale que bergers égarés. C’est un théâtre des béatitudes émerveillés et enchantées qui pleure celui qui fut capable d’en chanter les délices et de transmettre ses miracles terrestres, d’où la déploration volontiers mordante et amère de la marche funèbre, (avec son glas fracassant d’ouverture), de la section 8 : « Mr Purcell’s farewell », dont la prière, ample et aussi majestueuse, aux accents lullystes, entonnée par tous les choristes forment une apothéose collective, vers laquelle a convergé tous les épisodes antérieurs. La vivacité avec laquelle les interprètes jouent le jeu de ce drame déploratif est très convaincante. Affligés par Purcell et Mary, mais enivrés par Cécile, Le Poème Harmonique et Vincent Dumestre excellent entre Deuils et Délices Un pas est franchi avec les deux ultimes oeuvres de Henry Purcell offertes en couplage. Et d’une même veine tragique commémorative, du moins pour la première : « Funeral sentences for the Death of Queen Mary II » : l’événement survient au début de l’année qui verra la mort du compositeur. L’immense cortège funèbre se déploie le 5 mars 1595, sur le glas retentissant de la marche d’exposition ; sursaut et dramatisme d’une image qui semble reconstituer les derniers spasmes du transi ; lui succèdent les 4 pièces vocales (solistes et choeur), chefs d’oeuvre de méditation désolée, entre désespoir et dignité lacrymale, les Sentences, ponctuées par la pénultième Canzona (fanfare, au ton à la fois puissant et glaçant), font alterner la ligne découpée, distincte du quatuor de solistes, d’une écriture saisissante par son noble ton de déploration ; dommage cependant que certains chanteurs, pas toujours aussi nuancés que les instruments et le choeur, soulignent trop le ton de regrets et de pleurs, – plus larmoyants que réellement émus (avec des problèmes de justesse, et un vibrato hors sujet, style « grand opéra »). La mesure, l’épure, la distance font trop souvent défaut, ce malgré un effet réel de vertige et d’évanouissement sous le coup du deuil (vagues chromatiques ascendantes) : Mary était plus aimée du peuple que son mari, le triste William III (IV). Quel dommage. En cela, le collectif, Les Cris de Paris s’en sortent mieux, plus carrés, droits, épurés, sans effets expressifs d’aucune sorte : ils restent dans le ton ascétique, d’une idéale dignité requise. Purcell se révèle comme Charpentier sur le thème de la mort et du glas endeuillé, d’une puissance poétique irrésistible, d’une déchirante humanité, et d’une ivresse extatique sous le joug de la béatitude promise… (VI : « Thou knowest Lord », dernier « Amen », riche en espérance tendre et lumineuse). D’une toute autre ambiance, – profane et d’une insouciante revendiquée, proclamée, la célébration pour la fête de Cécile, patronne des musiciens, ce 22 novembre 1683 qui voit la création de la « Musical Society » Société des compositeurs britanniques ; et c’est bien des délices, harmonies, jouissances languissantes dont il s’agit dans ce cycle porté par une ivresse et la claire détermination du désir de vivre – le contraste avec ce qui précède est immense et impressionnant. Voilà donc un programme à l’architecture poétique aussi contrastée, intelligent qu’efficace. Tous ces trésors exprimés / permis par la généreuse musique sont autant de miracles qu’ont pu connaître les défunts fêtés auparavant. Surgit la délicate prière à jouir de chaque instant (contre l’expression des vanités qui précède) de l’ode axial et d’une répétition hypnotique : « Here the deities approve The God of Music, end of Love… » / Ici les divinités approuvent, le dieu de la musique et l’amour… », ici énoncé par le contre ténor Nicolas Tamagna, auquel succède la caresse des flûtes enivrées. Le clou et l’arête vive de ce joyau musical d’une irrésistible profondeur. Ici, les Britanniques égalent la gravité noble et poétique de Lully. Et ce Purcell, d’une grâce absolue, préfigure bien des oeuvres de Haendel à venir : carrure millimétrée des choeurs ; intelligence des sections contrastées ; génie de l’architectures des tableaux enchaînés. Le geste de Vincent Dumestre accorde son effectif au diapason d’une sensibilité réjouissante qui sait colorer et nuancer chaque reprise, qu’elle soit instrumentale, chorale, vocale. La direction est souple, naturelle, d’une subtilité constante, sachant aussi nous ravir par une générosité en timbres et en couleurs. La justesse poétique est totale. C’est une vraie réussite, sur le registre du sens comme de son expression formelle, pour le fondateur et directeur musical du Poème Harmonique. Programme éblouissant. CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2017. _____________________ CD, compte rendu critique. SON of ENGLAND. PURCELL, CLARKE. Le Poème Harmonique. Vincent Dumestre, direction (1 cd Alpha). Jeremiah CLARKE : Ode on the Death of Henry Purcell (1695) – Henry PURCELL : Funeral Sentences for the Death of Queen Mary II (1695) / Welcome to all Pleasures Z 339 (1682). Les Cris de Paris. 1 cd Alpha 285. CLIC de CLASSIQUENEWS d’avril 2017.

Henry Purcell
(1659 – 1695)

Henry Purcell (10 septembre 1659 - 21 novembre 1695) est un musicien et compositeur de musique baroque. On admet généralement que Purcell a été le plus grand compositeur anglais de naissance (Haendel ayant été anglais par naturalisation). Purcell a incorporé à sa musique des éléments des styles français et italien, mais a développé un style anglais particulier.



[+] Toute l'actualité (Henry Purcell)
26 mai
Classiquenews.com...
19 mai
Resmusica.com
18 mai
Le blog d'Olivier...
5 mai
Les blogs Qobuz
3 mai
Resmusica.com
18 avril
Classiquenews.com...
16 avril
Classiquenews.com...
14 avril
Carnets sur sol
27 mars
Carnets sur sol
25 mars
Classiquenews.com...
25 mars
Resmusica.com
19 mars
Google Actualité ...
12 mars
Classiquenews.com...
10 mars
Musique classique...
9 mars
Classiquenews.com...
6 mars
La lettre du musi...
24 févr.
Le blog d'Olivier...
20 févr.
Musique classique...
17 févr.
Classiquenews.com...
17 févr.
Resmusica.com

Henry Purcell




Purcell sur le net...



Henry Purcell »

Grands compositeurs de musique classique

Didon Et Enée The Fairy Queen Opéras

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...